Historique du Séminaire



La Corporation du Séminaire de Saint-Hyacinthe d’Yamaska 

Le Séminaire deSaint-Hyacinthe a été fondé par messire Antoine Girouard, curé de Saint-Hyacinthe. Le 11 septembre 1811, il ouvrait sa première classe de latin avec onze élèves, dans le presbytère qu’il venait de construire.

Dès 1816, le premier collège était terminé sur le site actuel de la cathédrale et de l’évêché ; il recevait quarante pensionnaires pour la première année. Monsieur Girouard a conduit lui-même son collège jusqu’à une certaine maturité ; à sa mort qui devait survenir subitement à Varennes, le 3 août 1832, son collège avait les moyens de vivre.

Le collège sera incorporé le 18 janvier 1835, sous le nom de Séminaire de Saint-Hyacinthe d’Yamaska, par une loi du Parlement du Bas-Canada.

De 1850 à 1853, un nouveau collège fut construit sur le site actuel du séminaire. De cette construction, il ne reste rien. En 1911, l’aile du centenaire fut construite. En 1927, au moment du premier incendie, la nouvelle chapelle était déjà en chantier ; et l’on a enchaîné avec la construction des deux ailes. En 1963, à la suite du deuxième incendie, la façade fut reconstruite.

En 1968, le cégep de Saint-Hyacinthe ouvrait ses portes dans l’édifice du séminaire. Le Séminaire lui-même est devenu à ce moment une institution privée d’enseignement secondaire reconnue d’intérêt public.

Le programme d’études était celui du ministère de l’Éducation du Québec. Le système d’options permettait de conserver le latin et le grec, mais dès l’année 1972, le grec a dû disparaître, ne trouvant plus assez d’adeptes, et le latin subit le même sort en 1975.

En juin 1979, les derniers pensionnaires quittaient le séminaire. Ainsi, le Séminaire voyait son champ se rétrécir aux dimensions de la Commission scolaire régionale de Saint-Hyacinthe.


Toutefois, il conservait beaucoup de dynamisme sur le plan académique et dans son projet éducatif chrétien. En 1978, un Conseil scolaire, composé d’une majorité de laïcs, participait à la direction de ce que l’on a appelé l’École du Séminaire, cependant la Corporation du Séminaire en demeurait complètement responsable. La relève institutionnelle s’est réalisée pendant l’année scolaire 1991-1992, sous l’appellation : Collège Antoine-Girouard, qui a offert l’enseignement du secondaire jusqu’à la fin de l’année scolaire 2012-2013.

Aujourd’hui, en raison des nombreux changements survenus au cours des dernières décennies dans le domaine de l’éducation, le Séminaire de Saint-Hyacinthe a quelque peu changé de vocation. Cependant, il continue d’être une résidence pour les prêtres plus âgés ou malades. Il abrite l’infirmerie diocésaine où sont accueillis et soignés les prêtres du diocèse, de même que des prêtres provenant d’autres diocèses ou de communautés religieuses.

L’édifice du séminaire de Saint-Hyacinthe abrite également d’autres services : une bibliothèque, des archives importantes au niveau de l’histoire de la région, le Centre d’histoire et de généalogie ainsi que l’école Casavant, une école de niveau secondaire.

Le Séminaire de Saint-Hyacinthe

Pour bien s’acquitter de sa mission qu’il a héritée de son histoire, le Séminaire met à contribution toutes ses ressources et administre en bon citoyen corporatif. De façon plus précise, la Corporation du Séminaire de Saint-Hyacinthe de Yamaska entend gérer directement :

  • La résidence des prêtres destinée au bien-être des prêtres ;
  • les services administratifs du séminaire ;
  • l’accueil de groupes à caractère pastoral et humanitaire ;
  • et participer à l’administration de toutes les corporations filiales qu’il a créées et qui poursuivent ses objectifs au moins partiellement avec ses fonds.

Ces corporations sont ci-après énumérées avec leur mission respective :

  • L’Oeuvre Antoine-Girouard administre les fondations et les immeubles qui lui appartiennent en vue de la poursuite des objectifs du Séminaire.
  • Les Services de santé du séminaire de Saint-Hyacinthe administrent les soins de santé destinés aux prêtres qui en sont membres.
  • La bibliothèque du séminaire de Saint-Hyacinthe administre la bibliothèque en vue de la formation des pasteurs et des agents de pastorale et de la culture de la population de la région.

Le Séminaire entretient des liens avec d’autres corporations qu’il n’a pas créées, mais dont l’existence dépend partiellement de lui :

  • Le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe conserve les archives du Séminaire, de la Société d’histoire régionale et d’autres organismes, il met ces archives à la disposition de la population.
  • L’Association des Anciens du Séminaire de Saint-Hyacinthe poursuit les objectifs déterminés par ses règlements, en vue d’unir les Anciens dans une grande famille, de les tenir en contact plus intime avec leur Alma mater.
  • La Société du patrimoine religieux du diocèse de Saint-Hyacinthe poursuit les objectifs déterminés par ses membres parmi lesquels figure le Séminaire en vue de conserver le patrimoine religieux du diocèse et le mettre au service de la population de la région.
  • La Petite Académie du Boisé, corporation indépendante du Séminaire, mais qui en reçoit un bon appui. Cette institution a été créée en coopération avec trois corporations religieuses vouées à l’enseignement : le Séminaire, les Sœurs de la Présentation de Marie et les Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe.

Note : L’édifice du séminaire abrite également un certain nombre d’organismes diocésains et régionaux.

Les secrétariats :

  • de l’AFEAS du diocèse de Saint-Hyacinthe,
  • de l’Association des Retraités de l’Enseignement du Québec.
  • Les Cursilos.
  • Les Amis du Crépuscule.
  • Le Groupe de Ressources Techniques qui est au service des coopératives d’habitation de Saint-Hyacinthe.